Le mini qui fait le maxi

Vous entrez dans la partie rédactionnelle du site que vous n’êtes pas obligé de lire…
Là, je ne vais pas à l’essentiel, j’étale ma confiture. PAF! Derrière cette onomatopée, il y a un truc plus sérieux que je vais vous laisser découvrir à votre guise. Ce site est ma vitrine. Vous y trouverez un tas d’informations utiles ou pas… Si vous n’aimez pas lire, allez dans les autres menus, c’est plus sexy!

Pour ceux qui se demandent ce que «munication» veut dire, c’est aller à l’essentiel, comme tout bon message publicitaire. Plus sérieusement, en fait, le mot «communication», je ne l’aime pas. Cela traîne déjà de le dire, tout le monde l’utilise, c’est long à dire et à écrire. Alors, j’ai inventé un mot un peu plus court… Je commence à vous faire perdre votre temps? Bossez avec moi, vous en gagnerez!

Avec plus de 50 agences de communication publicitaire, plus de 1’500 graphistes, il ne faut pas philosopher longtemps pour déceler que Genève frise l’overdose! De plus, avec tous les plombiers européens sur le marché, vous avez donc plus de choix que si vous cherchez un bon garagiste, après c’est la question de la dimension du garage. Alors posez-vous les mêmes questions que pour votre voiture et vous comprendrez où je veux en venir…Qu’est-ce qui vous rassure, un gros machin ou un artisan? (Si c’est le gros machin, restez-y, je ne pense pas travailler avec vous, à moins que…) Dans le cas contraire, je peux encore vous aider à prendre votre décision.

Se présenter, voilà une chose intéressante! Bon, tout d’abord, mon métier de base, graphiste. Par l’expérience des mandats que j’ai eu à traiter dans ma carrière, les choses ont évoluées. La nuance, c’est que je ne pense plus comme un graphiste. Aujourd’hui, ce métier me sert de plate-forme professionnelle. Avec l’expérience, les responsabilités et les activités qui m’occupent, j’inscris obligatoirement mes connaissances professionnelles dans une démarche marketing réfléchie. J’ai trop souvent constaté que beaucoup d’annonceurs (clients) ou de publicitaires (!) cherchent trop souvent à se faire plaisir, alors que l’on est là pour autre chose, faire marcher un business, une boite, un produit, un spectacle, peu importe, il faut promouvoir.

Avec ce que vous avez dépensé la dernière fois dans une agence de pub ou chez un graphiste notoire, vous méritez peut-être mieux que ce que l’on vous a fourni. Quoique vous le méritiez peut-être? Dites-vous que, quelques fois, ce n’est pas forcément une histoire de délais ou de moyens mis à disposition de la création pour obtenir un travail efficace et de bonne facture!

Avez-vous besoin?

– D’un sourire ou d’un vrai service?
– De blabla ou d’une vraie réflexion?
– D’une enseigne ou d’un vrai mécanicien?
– De juste un prix ou d’un prix juste?
– D’être pris pour un numéro de carte de crédit ou un entrepreneur?
– D’avoir affaire à une précieuse ridicule ou un pragmatique?
– De vous adresser à un intermédiaire ou au boss?
– De quelqu’un qui cherche des excuses ou quelqu’un qui assume?
– D’un vendeur ou d’un interlocuteur qui sait de quoi il parle?

Avec un peu de réflexion partagée et des moyens raisonnables, on peut souvent faire mieux. Par contre, si vous êtes un mauvais annonceur tout long ou tout court, c’est autre chose, il est peut-être temps que quelqu’un vous dise la vérité si vous êtes prêt à l’encaisser. On peut quand même discuter de votre atterrissage. Si vous n’avez osé vous adresser à une agence, je suis celui qu’il vous faut pour démarrer ou tout changer…

Ayant appris au fil des années les finesses commerciales du «conseil en communication publicitaire», je peux vraiment accompagner un client et lui proposer des solutions intégrales que je sais concrétiser. Cet aspect «multi-culturel» me permet d’apporter rapidement des réponses cohérentes. J’ai évidement un plaisir particulier à travailler avec ceux qui privilégient des échanges humains, francs et directs. Je suis un partenaire souple, disposant d’une structure légère et qui ne recule devant rien. Mais attention, avec l’âge et l’expérience, on développe un ou deux sens de plus. Dites vous d’abord que c’est chacun son métier et que je ne suis pas là pour pallier «au principe de Peter» sévissant dans votre entreprise. Je peux quand même vous aider à rectifier le tir de votre business ou de vous aider à le développer.

«Si une partie vous tente, Chuck Norris parle souvent de golf avec moi.» PAF!

Les vraies questions

On essaye le conseil? Le domaine de la création est complexe et difficile. A quelques rares exceptions, un «client» ne sait même pas pourquoi il n’«aime» pas quelque chose… Je mets «aime» entre guillemets car évidement, si la construction de la communications est juste (cible, quoi, qui, où, date, etc.), on peut débattre pendant des heures de la sensibilité graphique de chacun, des goûts et des couleurs.

Création ou récréation?

Cela peut être le pied ou la prise de tête. La bonne idée ou la solution peut être obtenue avec ma règle des 3 (30 secondes, 3 heures, 3 jours, 30 jours, 3 mois, etc.). L’ expérience et ma culture graphique peut souvent aider à proposer rapidement le truc qu’il faut. La clarté de la demande, de la précision du cahier des charges et des moyens de vos ambitions font aussi partie de l’équation. Après, on pourra encore se battre à la récréation pour la rémunération de mes droits d’auteurs…

Espace temps.

Généralement, tout travail mérite salaire, on le sait. Mais tout travail a besoin de temps. Ce n’est pas parce que vous faites vous-même vos albums de photos de vacances que vous êtes un as dans la maîtrise des outils informatiques de toute la chaîne numérique des arts graphiques. Gardez à l’esprit, que certaines idées simples sont parfois complexes à réaliser! Plus il y a de corps de métiers qui interviennent dans le projet, plus le paramètre «temps» est extensible. Les seuls à pouvoir plus ou moins se passer de ce paramètre sont les salauds! (En référence au sketch de Coluche, la chanson «Misère») Mais bon, l’expérience peut faire des miracles!

«Un chameau, c’est un cheval de course mis au point par un comité» (Winston Churchill)

Avant de me contacter, réfléchissez un peu…

– Votre cible, c’est qui?
– Vos concurrents, c’est qui?
– Un cahier des charges disponible? On peut le faire ensemble.
– C’est du local, régional, international?
– Vous êtes fauché? On peut discuter.
– Vous êtes Picsou ou Crésus? Je m’en apercevrai assez vite.
– Vous avez un budget? Vous attendez mon devis (évidement)

La théorie du lièvre

Quand on demande un prix ou un devis, il faut dabord que vous structuriez votre demande avec un cahier des charges. Souvent quand je décortique une demande, c’est souvent moi, avec mes questions qui élabore ce dernier pour le client. On appelle cela le conseil en com ou en publicité et ceci à un prix… Ce cahier des charges établi doit servir à une calculation sérieuse. Mes devis ou mes plans de travail sont trop souvent utilisés pour structurer une demande auprès d’autre fournisseurs, qui seront par la force des choses bien moins couteux, étant donné qu’il n’ont plus les bonnes questions à poser…

Donc, ne me demandez pas de faire le lièvre pour les autres. Je ne prend pas du temps avec vous pour que vous compreniez votre demande, établir des prix, faire un devis, pour aller tout de suite le comparer ailleurs avec l’aide de ma structure de travail. Vous devez être équitable si vous me mettez en concurrence, je serai de toute façon plus couteux puisque c’est moi qui ai fait votre cahier des charges…

«Trouver le graphiste idéal ressemble à chercher une relation tarifée pour un bon rapport… qualité/prix» PAF!

Les droits d’auteur

Je me permet de clarifier des aspects importants de mon activité afin de protéger vos intérêts et les miens, pour vous permettre de comprendre ce que vous achetez. En décidant de vous adjoindre les services de PAF, l’évaluation financière du ou des mandats que vous me confiez fait l’objet d’une attention particulière afin de vous proposer un prix conforme à la réalité lors de l’établissement du devis. Ce devis fait l’objet d’un accord usuellement signé entre PAF et vous. Sauf accord différent, mes devis contiennent toujours les droits d’auteurs, pour le mandat qui m’est confié et son cédés pour l’utilisation prévue dans un laps de temps déterminé entre nous. Dans mon secteur d’activité, la création est évidement un poste à part entière et est soumise à la loi fédérale sur le droit d’auteur et les droits voisins (LDA) du 9 octobre 1992, qui modifie quelque peu la perception des implications financières d’un travail pour le mandataire.

La création, par un travail intellectuel, a pour but de matérialiser et de concrétiser vos idées (ou celles de PAF). Ce travail génère ce que l’on appelle usuellement une «œuvre originale» conformément au langage de la LDA. Les œuvres ou solutions présentées comme visuels (illustrations, photos), textes (rédactionnels, slogans) films (images et sons) réalisés pour un ou des mandats sont soumis aux droits d’auteur. Ces droits permettent à ceux qui créent des oeuvres de leurs garantir une rémunération à la hauteur de leurs diffusions et pour une période définie.

Les droits d’auteur ne sont pas des barrières, ils permettent de distinguer clairement une œuvre d’une autre et fixent les conditions auxquelles elle peut être utilisée. Si l’accès à une œuvre est généralement libre, ils le limitent afin d’en éviter le vol intellectuel et son appropriation. C’est pourquoi, l’oeuvre est protégée par la loi.

Il me paraît aussi important de porter à votre connaissance que l’oeuvre peut être «volée» à n’importe qu’elle étape d’un mandat, et ce, surtout au début de notre collaboration. Le simple fait de collaborer dans l’esprit d’un bon maintient du secret professionnel et de la non divulgation d’informations vous permet de protéger les oeuvres qui sont générées.

Autre chose, le fait qu’un mandat change de mains (entre professionnels) n’autorise pas non plus n’importe quoi. Par correction commerciale, l’annonceur (ou le nouveau mandataire) doit s’assurer que la rupture du contrat avec l’ancien mandataire a été fait en bonne et due forme (oral ou écrit) et que les anciens droits sont transmis sans réserves. Par éthique professionnelle ou simplement par politesse commerciale, l’annonceur se doit d’avertir l’ancien mandataire.

1. Droits de la première diffusion

Il s’applique immédiatement. PAF décide quand, de quelle manière, et à quelles conditions l’œuvre est divulguée pour la première fois, c’est-à-dire présentée à un nombre indéfini de tierces personnes, mais dans un cercle restreint. (famille, collaborateurs, etc). L’œuvre reste la propriété de PAF tant qu’il n’y pas d’accord général sur ce sujet. Vous n’avez le droit de publier l’œuvre qu’après l’accord de PAF.

2. Droits de reproduction et de publication

Il représente le droit de reproduire l’oeuvre de quelque façon que ce soit. L’oeuvre reste ma propriété tant que je ne vous ai pas cédés ce droit. Ce droit vous est cédé lorsque l’accord est signé.

3. Droits d’utilisation

Il s’applique pour une utilisation déterminée dans les accords. L’oeuvre et ses droits généraux ne sont cédés que pour l’utilisation stipulée dans les accords. Une autre utilisation de l’oeuvre ou modification doivent usuellement être annoncées à PAF, Les accords stipulent le support (Papier, www, TV, radio, etc.) Selon cas, étendue de diffusion (Locale, régionale, nationale ou internationale), nombre d’exemplaires de l’œuvre.

4. Droits moraux

Vous obtenez la cessation de mes droits généraux (diffusion, reproduction, utilisation) sur les oeuvres après le paiement total du mandat. Le droit moral reste actif.Un accord spécial écrit peut permettre une cessation partielle des droits pour une durée déterminée. PAF a le droit à la mention du copyright © et de son nom sur les oeuvres sans un accord préalable.

«Les droits d’auteur ne sont pas un des privilèges du parachutisme, mais une façon de vous ramener sur terre.» PAF!

Conditions générales

Avec PAF, la première, savoir lire et comprendre. Les devis et les factures ne sont pas calculés comme une patate et correspondent à une certaine somme de travail dans un certain laps de temps (ou de droits d’auteurs). Un dépassement de devis est signalé (téléphone ou courriel) et décrit de toute façon sur la facture finale. L’unique condition pour que vous puissiez profiter d’un prix compétitif, c’est de régler la facture PAF à 10 jours (ouvrables ou non)

Je rappelle à tout le monde que dans l’univers du commerce, c’est le vendeur qui fixe les modalités et le délai de paiement et non l’acheteur. (C.O.) Donc, si vous recevez une facture PAF, et bien, vous la payez rapidement, c’est simple. Si ce délai n’est pas respecté, vous pourriez avoir le privilège de comprendre mon logotype d’une manière différente…

Devis PAF

(PDF ou papier) Facturé entre 60.- et 160.- selon cas.
Les devis chez PAF sont aujourd’hui payants (le tourisme financier m’exaspère)
Le devis contient toutes les informations nécessaires et le ou les descriptifs d’interventions. Lisez-les, c’est fait pour.
La compétitivité n’est pas qu’une question de prix, c’est le rapport qualité / prix / délai / prestations.

Accomptes

PAF peut (selon cas ou durée du mandat dans sa réalisation) vous demander un acompte de 20% à 100%. Je ne fais pas la banque.

Devis Fournisseurs

(PDF ou papier )
PAF centralise les devis des fournisseurs. (imprimeur, photographes, etc.)
Vous recevez les devis séparément. Les prix peuvent être intégrés au devis PAF sur demande. Vous appliquez ses modalités de paiement

Facture PAF

(PDF ou papier)
La facture contient toutes les informations nécessaires comme le devis et le ou les descriptifs d’interventions. PAF peut, selon les cas, vous demander un règlement intermédiaire. Tous les droits d’auteurs y compris ceux de la reproduction électronique inhérents au mandat sont cédés à l’ayant droit pour une période définie dès le paiement de la facture. Sauf accord préalable, les fichiers matriciels appartiennent à PAF et sont intransmissibles.

Politique fournisseurs

D’abord, j’ai un profond respect pour ce qu’ils font pour moi et pour vous donc. Disponibilité, compétence et rigueur commerciale, cela vous cause? Il font un métier différent du mien (et pas moins bien que le mien ou le votre). Ils savent faire plein d’autres choses que vous et moi et parfois bien plus compliquée! Je les ai choisis avec mes critères et ce n’est pas une question de camaraderie de bac à sable, de couleur politique, de prix, de marges, de ristournes, de notes de crédit ou autres arrangements discutables, légaux ou non qui peuvent exister ou perdurer dans le secteur privé ou public. Ils possèdent à ma connaissance, une éthique professionnelle, payent leurs employés correctement et sont compétents. Obtenir le meilleur prix ne m’intéresse pas,je leur fais confiance. J’ai suffisamment d’expérience pour savoir ou est l’intérêt du client ou le mien en terme de qualité, disponibilité et des délais réalisation.

Commissions

Je demande usuellement à mes fournisseurs 10% de commission (ou rien selon cas) sur le montant de la facture payée par le client sous forme d’une note de crédit. Ce montant peut rester en réserve chez le fournisseur ou versé à PAF. Ces honoraires sont prélevés pour l’endossement des responsabilités suivantes: Apport du travail, connaissances techniques pour la préparation (Pré-presse) et surveillance (Qualité/Prix).

Déontologie

D’abord, vous pouvez toujours discuter avec moi, mais, il faut utiliser le bon vocabulaire. N’attaquez pas la conversation ou la négociation avec le très à la mode “C’est trop cher, cela me parait cher, c’est cher, rajoutez “pour moi ” Préférable: “C’est trop couteux ”. Attention: Si vous cherchez un prix ou que vous n’avez aucune expérience sur les prix de la branche… essayez d’abord de ne pas secouer toute la forêt pour trouver le bucheron le moins couteux, et de bien réfléchir avant de vous y promener. Quelle qualité de bois vous désirez? Êtes-vous assez clair sur ce que vous voulez. Demander un devis pour abattre un chêne alors que c’est une allumette que vous voulez, le bucheron peut tutiliser sa hache autrement, surtout si vous lui dites que vous avez trouvé un meilleur rapport qualité/prix au magasins de tabacs du coin, c’est très con…Comparez vraiment la prestation et la qualité proposée avant de parler de rapport qualité/prix. Vous n’arrivez pas à déterminer ce qu’est la qualité d’un objet ou d’un service? Une piste: l’honnêté de la comparaison.

«Les cons, ça ose tout! C’est même à ça qu’on les reconnaît!» (Audiard)

Prix des prestations (sans droits d’auteur.)

Pour rappel et pour tous ceux qui croient que mon travail se résume à 2 coups de souris, le mode de rémunération par honoraires est inhérent au travail effectué pour la création de l’œuvre. Ils contiennent évidement: Le temps nécessaire, les compétences requises, le matériel et fournitures pour effectuer, la conception et la création, la réalisation et l’exécution, la gestion du mandat et enfin l’’administration.

Le premier entretien ou briefing concernant le mandat est évidement gratuit, ainsi que l’éventuelle présentation de mes activités. Les autres séances de travail ou déplacements nécessaires inhérents au mandats ne le sont pas, ils sont estimés au plus juste et inclus en honoraires dans le devis et la facture. Vous pouvez évidement me demander le détail.

Un prix PAF garanti aussi, si toutefois vous y êtes sensibles…le savoir-faire et la qualité de réalisation d’une entreprise suisse, genevoise, enregistrée au RDC, qui utilise les licences informatiques officielles et qui paye ses charges à Genève.

Venir chercher des prix chez un artisan comme un industriel va vers un autre industriel soustraitant ne correspond pas aux fonctionnement des artisans. On ne produit pas à la chaine des choses sur lesquels on peut jouer sur les marges et les quantités. Donc, les prix que je fournis ne sont pas farfelus et ne sont pas extensibles dans le sens qui vous arrange.

«Avoir l’ambition de ses moyens est plus répandu que l’inverse» PAF!

Réalisation / Exécution

CHF 160.- / Heure

Traitements et retouches photos | Pré-presse photo | Préparation documents | Fichiers pré-presse | Modifications | Mise à jour documents, etc.

Création

CHF 200.- / Heure

(+ droits d’auteur selon diffusion)
Recherche graphique | Conception graphique | Maquettes, etc.

Conseil / Conception

CHF 240.- / Heure

Gestion de projet | Pilotage | Stratégie | Analyse | Remise de dossier (selon demande)

Rédaction / Ré-écriture

CHF 160.- / Heure
(+ Droits d’auteurs selon diffusion)

Marques verbales | Slogans | Textes publicitaires | Modes d’emplois | Adaptation | Synthétisation | Traduction selon mes fournisseurs

L’entreprise

Société:
PAF MUNICATION, Yves Salamin

Activité:
Création publicitaire  | conseil  | graphisme | design

Forme:
Entreprise individuelle inscrite au RCGE
Création:
26.03.2003

Propriétaire:
Yves Salamin | 10.06.1964
(né à Genève et y habite)

Métier:
Graphiste pro CFC (CH)
Cours SAWI FRC (Juridiques | droits d’auteurs)

Adresse:
Rue Jean-Jacques De Sellon 4
CH-1203 Genève | Suisse 

IBAN:
UBS – CH86-00240-24039742229Q

Parcours

2002 | PAF MUNICATION (GE)
Graphiste indépendant | Tout, heureux et récalcitrant | clients heureux et récalcitrants

1992 – 2002 | L&R COMMUNICATION SA (GE)
Directeur Artistique et de Création | Heureux et récalcitrant

1991 – 1992 | SYCLONE (SalaminYvesClone) (GE)
Graphiste Indépendant (12 mois / Faillite) | Heureux + Malheureux | Clients vraiment récalcitrants à payer

1987 – 1991 | EXPANSION CONSEIL SA (GE) Pierre Gilloz + ADS
Graphiste professionnel | Heureux, merci Pierre

1985 – 1987 | ADS – ART DIRECTOR STUDIO (GE) Christian Richardet
Apprenti graphiste + CFC + Graphiste pro | Heureux, merci Christian

1983 – 1985 | PUBLIGROUP-JACOT (GE)
Apprenti graphiste | Récalcitrant (boss cinglé)

1982 – 1983 | ECOLE DES ARTS DECORATIFS (GE)
Elève Section Graphiste | Récalcitrant (pas avec tous les profs…mais viré)

1980 – 1982 | COLLEGE VOLTAIRE (GE)
Elève Section Artistique | Récalcitrant, sauf en dessin

1976 – 1980 | CYCLE D’ORIENTATION BUDÉ (GE)
Elève normal | Tout petit , tout maigrichon, récalcitrant sauf en dessin

1968 – 1976 | ECOLE PRIMAIRE DE GEISENDORF (GE)
Elève normal | Tout petit, tout maigrichon, un peu excité, sauf en dessin…

1964-06-10 | Naissance de l’animal | Tout petit, tout maigrichon

«On impose pas le respect, on le mérite» (Richard Lewy)